Dear Diary, anyone who has struggled with poverty knows how extremely expensive it is to be poor.

Cher internaute sans visage,

Aujourd’hui je parle d’un problème qui touche certainement plus de personnes qu’on ne le croit : la détresse financière. En tout cas c’est un sujet qui me touche moi et qui devient de plus en plus pesant.

Sous la façade de sourires et fous rires se cache un gouffre profond. Je ne me laisse pas aller parce que je n’en ai pas le droit. Mais là, j’ai besoin de parler parce que je n’en peux plus. Une grande série de malchances sont arrivées, les unes après les autres, sans jamais nous laisser le temps de nous en remettre complètement. C’est comme tomber à genoux et à peine relevé, parfois même pas complètement droit, on nous redonne un coup.

Toi t’es là, l’échine courbée et tu te fais attaquer par tous les côtés. Évidemment mes parents essayent au maximum de me protéger mais on est arrivés à un stade où ce n’est plus possible pour eux. Pour les soulager de cette « obligation » et les laisser se focaliser sur leurs propres problèmes, j’ai du à mon tour me débrouiller. C’est pourquoi je me relève à chaque coup et je continue de me battre. J’ai touché le fond et au lieu d’y rester j’ai décidé de prendre mon matériel d’escalade et de remonter. Malgré l’absence de lumière et mon vertige.

J’enchaine heures de cours, travail et travail scolaire. Je compte les centimes et je dis que tout va bien. Je ne dors pas autant que je le voudrais mais c’est pour un plus grand bien et un jour j’en sortirais. Mais là, je n’ai pas le droit de flancher. On ne se rend pas compte à quel point on est forts, jusqu’au jour où etre forts c’est notre seule option. Je pourrais arrêter l’université et aller travailler. Et après quoi? Je suis trop ambitieuse pour me contenter d’une vie sans grandeur. Donc chaque matin à 6h mon réveil sonne et chaque matin je fais le choix de me lever. Ce choix est ma plus grande fierté du moment.

Quand on a entre 10 et 20 euros pour manger par semaine, que tout est calculé parce qu’il faut payer les transports en commun ; l’appartement ; le matériel scolaire (qui vaut bien plus que mes deux reins et un de mes poumons) ; les dettes. Ce qui me fait tenir c’est mon rêve.

Rappelle-toi pourquoi tu as commencé.

IMG_1049

7 Juillet 2015, je suis tombée amoureuse d’une maison abandonnée. Le 7 Juillet j’ai décidé d’être Architecte.

Des bisous de guerrière

-Cath’

3 réflexions sur “Dear Diary, anyone who has struggled with poverty knows how extremely expensive it is to be poor.

  1. Comme cette situation me semble familière … Moi aussi, j’ai dû faire plein de petits boulots pour payer mes études, mon appart et mes courses. C’est vraiment pas évident, surtout quand on est dans l’incertitude: « Ok, j’en chie, je bosse mes cours, je bosse après les cours pour survivre, mais est-ce qu’au moins j’aurais un vrai boulot au bout ? ». Même encore aujourd’hui, quelques mois après la fin des études, je compte encore mes sous, je m’inquiète quand je vois les chiffres diminuer sur mon compte en banque, je me prive et j’essaie de mettre de côté au cas où.

    Je sais que ce n’est pas facile, que c’est angoissant mais l’avantage, c’est que les personnes comme nous (et Dieu sait combien nous sommes à avoir été dans cette situation) ont du mérite 🙂 Et honnêtement, ça donne une vraie réalité de la vie, de l’argent et c’est important quand on rentre dans la vie active d’avoir les pieds sur terre et de savoir que tout ne tombe pas du ciel. C’est une vraie qualité je pense !

    Tu as de l’ambition et tes efforts paieront !
    Bonne continuation et ne baisse pas les bras 🙂

    Aimé par 2 people

  2. Comme cette situation me semble familière … Moi aussi, j’ai dû faire plein de petits boulots pour payer mes études, mon appart et mes courses. C’est vraiment pas évident, surtout quand on est dans l’incertitude: « Ok, j’en chie, je bosse mes cours, je bosse après les cours pour survivre, mais est-ce qu’au moins j’aurais un vrai boulot au bout ? ». Même encore aujourd’hui, quelques mois après la fin des études, je compte encore mes sous, je m’inquiète quand je vois les chiffres diminuer sur mon compte en banque, je me prive et j’essaie de mettre de côté au cas où.

    Je sais que ce n’est pas facile, que c’est angoissant mais l’avantage, c’est que les personnes comme nous (et Dieu sait combien nous sommes à avoir été dans cette situation) ont du mérite 🙂 Et honnêtement, ça donne une vraie réalité de la vie, de l’argent et c’est important quand on rentre dans la vie active d’avoir les pieds sur terre et de savoir que tout ne tombe pas du ciel. C’est une vraie qualité je pense !

    Tu as de l’ambition et tes efforts paieront !
    Bonne continuation et ne baisse pas les bras 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s